Le Musée Plantin-Moretus à Anvers

Christophe Plantin, né à Tours, vers 1520, s’installe à Anvers, vers 1550. Il fonde son imprimerie-maison d’édition en 1555 et l’appelle l’Officina Plantiniana. On lui doit l’impression d’une Bible polyglotte, dite d’Anvers ou de Montano. ( Plantin conçoit l’édition de la Bible en 5 langues. Il estime que tout érudit doit être capable de lire la Bible dans les langues originales.Outre le latin, le grec et l’hébreu, il ajoute des textes en araméen et en syriaque) Son gendre, Jan Moretus reprendra l’imprimerie et l’Officina Plantiniana continuera à éditer des livres jusqu’en 1876.

Le musée contient une importante collection d’objets témoignant des techniques et du travail dans l’imprimerie et maison d’édition la plus prolifique d’Europe à la fin du XVIe siècle. Le seul jeu complet des poinçons originaux de Garamont y est conservé.

La demeure est magnifique et regorge encore de tapisseries, cuir de Cordoue, peintures et sculptures. Sur les murs, on peut voir une série de portraits que la famille Moretus avait commandés à Pierre Paul Rubens. Le Cabinet des estampes réunit des estampes et dessins de maîtres anversois du XVIe siècle à nos jours.

La cour intérieure aménagée en jardin était déjà une attraction du temps de Plantin et étaient visitées par des rois, des princes et des princes et des personnes illustres.

Christophe Plantin était un grand collectionneur de livres. Commencée par Christophe Plantin, la collection fut développée par ses successeurs. La bibliothèque fut aménagée en 1640. La collection regroupe 30.000 exemplaires dont des manuscrits richement illustrés et d’autres joyaux de l’art de l’imprimerie européen.

Grâce à sa collection unique, (collection d’art et maison d’édition), le Musée Plantin-Moretus a été inscrit en 2005 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. À ce jour, il est le seul musée du monde à figurer sur cette liste.

Le Musée a été complètement rénové en 2016.

Le bonheur de ce monde

SONNET

Avoir une maison commode, propre et belle,

Un jardin tapissé d’espaliers odorans,

Des fruits, d’excellent vin, peu de train, peu d’enfans,

Posseder seul sans bruit une femme fidèle,

.

N’avoir dettes, amour, ni procès, ni querelle,

Ni de partage à faire avecque ses parens,

Se contenter de peu, n’espérer rien des Grands,

Régler tous ses desseins sur un juste modèle,

.

Vivre avecque franchise et sans ambition,

S’adonner sans scrupule à la dévotion,

Dompter ses passions, les rendre obéissantes,

.

Conserver l’esprit libre, et le jugement fort,

Dire son chapelet en cultivant ses entes,

C’est attendre chez soi bien doucement la mort.

CHRISTOPHE PLANTIN

Musée Plantin – Moretus

22, Vrijdagmarkt

2000 Antwerpen

Belgique

Publicités
Cet article, publié dans Anvers, Art, littérature, Musée, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s